FSALE

Très intéressant article adressé par le major (er) Michel NANDRON qui confirme l’adage: « La Légion n’abandonne pas les siens ».

Il concerne un des caporaux de la 2° Compagnie du 2° Bataillon du Régiment Etranger, Armand-Jean BERNIER de MALIGNY, tué le 1er mars 1866 au combat de Santa Isabella (Isabellle) au Mexique : « l’autre CAMERONE ».

Le combat de Santa Isabella est peu connu car il n’en revint que peu de survivants. En 1866, toutes les péninsules du nord du Mexique étaient en effervescence, des bandes harcelaient les postes et les petites garnisons. 

Dans la ville de Parras, il y avait quatre compagnies du 2° Bataillons, sous le commandement du chef de bataillon BRIAN.

Suivent les textes et photos de cette « histoire de ce monument élevé à la mémoire du caporal de MALIGNY»…

L’histoire est belle et mérite d’être présentée; un grand merci au major (er) Michel NANDRON.

 

L’histoire d’un cénotaphe :

« Au cours de l’année 2014, je fus informé du fait qu’un légionnaire tué au Mexique, était enterré au cimetière de Montmorillon. En réalité, la sépulture était située au cimetière de Saulgé, commune limitrophe.

A cette époque, mes activités professionnelles me menaient bien souvent aux antipodes et ce n’est qu’en 2015 que mes investigations purent prendre forme.

En septembre, je découvre le lieu dans le cimetière de Saulgé. Il s’agit d’un emplacement composé de 3 pierres tombales, vouées à une reprise de concessions perpétuelles abandonnées. Là, se trouve le monument d’Armand-Jean BERNIER de MALIGNY, entre la tombe de son père et celle de sa mère ; il s’agit en fait, d’un cénotaphe.

Cette sépulture était répertoriée par la commune comme la « tombe du soldat ».

Cette pierre envahie par le lichen est gravée, après un nettoyage sommaire, je découvre que le « soldat » était un légionnaire !

En effet, l’épitaphe est : « Armand-Jean BERNIER de MALIGNY, caporal au Régiment Etranger – 2° Bataillon – 2° Compagnie – né le 17 juin 1838 à Paris – tué le 1er mars 1866 au combat de "Santa Isabella". Son corps chaud fut mangé par les vautours. Sous cette pierre : RIEN ! »

Après avoir fait part de l’appartenance du « Soldat » à la Légion étrangère à monsieur Jacques LARRANT, maire de Saulgé, il fut décidé d’œuvrer en commun pour la sauvegarde et la réhabilitation de ce cénotaphe qui constitue un témoin de la Campagne du Mexique.

En septembre 2017, le Centre de Documentation du Musée d’Aubagne et le Bureau des Anciens, informés, ont mené des recherches dans les Archives dont ils disposaient, mais aucun élément n’a pu être trouvé concernant le caporal de MALIGNY. Cette période souffrant d’un manque d’archives ! Les recherches à Pau furent également négatives.

Finalement, c’est grâce à l’intervention et la perspicacité du lieutenant-colonel NORMAND que j’obtins le précieux sésame, par le biais du Centre Historique des Archives du Service Historique de la Défense, à Vincennes, en l’occurrence, un extrait d’acte mortuaire du caporal BERNIER de MALIGNY, matricule 2 604, établi par le capitaine Charles PIERRET, trésorier du Régiment Etranger en date du 1er octobre 1866.

Dès lors, nous pouvions envisager une cérémonie officielle avec la participation des autorités Légion.

 

 

Enfin, ce sont les revues militaires suisses des 19 mars 1868 et 12 mai 1869, consacrées à la guerre du Mexique qui me permirent d’élaborer un récit cohérent du combat de Santa Isabella (le second CAMERONE) – voir « Képi Blanc » n°808 – pour la réalisation et la remise en état de la stèle commémorative.

Ainsi le 12 mai 2018, en présence d’un détachement Légion en armes, le général de division (2s) Rémy GAUSSERES, président de la FSALE, présidait la cérémonie de réhabilitation du monument devant un parterre d’Officiels entouré d’un nombreux public."

Major (er) Michel NANDRON                                                                                                                                                   

 

 

 

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 322 invités et aucun membre en ligne