FSALE

 

« Eh ! L’abreuvoir qui sonne ! » me dit Bazureau en me secouant par l’épaule.

Etendu sur mon lit, je sommeillais. A la suite de la formidable étape, j’avais piqué un accès de fièvre, qui me tenait depuis plusieurs jours. Je me consolais en constatant que les derniers arrivés, ceux du même renfort que moi, étaient encore plus mal en point.

Quelques-uns d’entre eux, vraiment éprouvés, avaient été désignés pour s’en retourner à Béchar. On ne gardait à la Montée que ceux qui étaient capables de « tenir le coup ». Pour n’être pas parmi les éliminés, je ne me portai pas malade.

Malgré l’extrême fatigue et la fièvre j’étais soulevé d’enthousiasme à la pensée d’avoir pris part à la fantastique randonnée. Je voulais rester. Je voulais voir de grandes choses. Tant bien que mal je m’efforçais de faire mon travail.

Je me levai lentement, la tête lourde, les reins et la nuque raides.

« Tu veux que je fasse l’abreuvoir à ta place ? » me proposa Sikora, un ancien caporal.

-        Merci ! laisse, je le ferai bien ».

A l’abreuvoir, accoté au bassin en zinc, je me cramponnais, craignant de perdre l’équilibre. Un éblouissement faisait tout tourner devant moi en cercles vertigineux. Ce premier entraînement avait été dur. D’autres plus habitués quemoi, des anciens, ne valaient guère mieux après quatre jours de repos.

J’avais eu peur à mes débuts, une des plus dures étapes que la compagnie ait faite. Le lieutenant commandant le peloton vint voir les mulets à l’abreuvoir. Je me redressai et me mis à parler à l’un des muletiers les plus proches, mais je n’avais pas la voix bien ferme.

Lorsque je revins à la chambre, trois hommes buvaient un bidon de vin rouge. On les voyait toujours ensemble, magnifique équipe de copains. S’ils n’avaient pas d’argent, plus de tabac, c’étaient tous les trois en même temps, et en route tant qu’ils restait de l’eau dans le bidon de l’un d’eux il y en avait pour les deux autres.

C’étaient Bazureau, un parisien, que l’on appelait Marcel pour le distinguer de son frère René, alors hospitalisé à l’infirmerie d’Erfoud, et que je ne devais connaître que quelque temps plus tard ; et les deux Benz, qui n’étaient pas frères, Jules, le « Grand Jules », un allemand long et sec, et Henri, luxembourgeois hilare complétement édenté par le scorbut.

Jules m’appela.

« Allez ! Viens boire un coup ! C’est rien ce que tu as, c’est la fatigue, ça va passer. T’as tenu le coup, pour un bleu ! Un type qui marche bien, qui fait son boulot et qui se tient au baroud, le lieutenant le tirera toujours d’affaires en cas d’embêtements. Il t’a rien dit, mais il t’a sûrement remarqué. Enfin maintenant t’as les pieds faits ! Te voilà ancien de la Montée ! »

Les deux autres approuvèrent. Ils me conseillèrent : « Te bourre pas de quinine, tu vas te détraquer ; prends plutôt de l’aspirine et puis bois un coup de vin chaud et couche-toi. Tu vas transpirer un moment, ensuite tu dormiras bien, et demain ça sera passé ».

A partir de ce jour, sans autre discours pour reconnaître mon admission, je fis partie de leur bande, que je baptisai un jour « la tribu ».

Sauf Henri, toujours satisfait, nous avions, Jules, Marcel et moi – et plus tard René – des caractères assez difficiles. Jamais pourtant le moindre dissentiment ne vint nous diviser. La solide estime que nous avions les uns pour les autres triompha de tout.

Nous devions aller ensemble à toutes les grandes affaires de l’Atlas.

D’ailleurs tout le monde vivait dans un esprit de camaraderie inconnu de tous ceux qui n’ont pas fait le bled, ce qui n’excluait pas les grognements et les querelles, mais qui impliquait les plus magnifiques dévouements, et la Montée, toujours perdue dans le bled même quand elle était au repos à son poste d’attache, était le type de la compagnie de vrais légionnaires, à ce point de vue comme à bien d’autres.

A suivre : « Premières images de bataille »

 

 

 

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 264 invités et aucun membre en ligne

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.